Avertir le modérateur

23/07/2009

La charte de modération de Droite moderne de Mulhouse

La charte de modération de Droite moderne de Mulhouse

Les commentaires sont accessibles à tous les internautes.

Droite moderne de Mulhouse tient à privilégier les commentaires de qualité qui élèvent le débat et participent d'une meilleure compréhension de la vie mulhousienne. Les commentaires doivent être courtois, précis et pertinents.

En conséquence, Droite moderne de Mulhouse se réserve le droit de modérer, modifier, déplacer ou supprimer le commentaire d’'un internaute si celui-ci contrevient à sa charte éditoriale.

1. Modération


Les commentaires sont modérés a postériori, c'est-à-dire après leur publication.

2. Règles à respecter

Respecter l'avis d'autrui

Certains articles ou commentaires peuvent donner lieu à des débats passionnés. Le désaccord ne doit jamais donner lieu à invective. Nos modérateurs se réservent le droit de supprimer un commentaire si celui-ci est jugé agressif, grossier ou insultant.

Respecter la loi

Les commentaires doivent se conformer à la législation en vigueur en France. Voici une liste non exhaustive de ce qui est illicite : la pédophilie , l'incitation à la haine raciale, la négation des crimes contre l'humanité, l'insulte (injures, propos grossiers, agressifs, irrévérencieux…), la diffamation.

Respecter l'intégrité éditoriale Droite moderne de Mulhouse

Seront supprimés tous les commentaires comprenant : des messages publicitaires , des petites annonces, des coordonnées téléphoniques ou une adresse postale, les commentaires sans rapport avec l'article auquel ils sont attachés.

3. Responsabilités

Droite moderne de Mulhouse précise également que l'usage des liens hypertextes peut conduire vers d'autres serveurs sur lesquels Droite moderne de Mulhouse n'a aucun contrôle.

La charte de modération est accessible sur la colonne de gauche, rubrique "A propos"

19/07/2009

Jean-Marie Bockel en quête d'image.

JMB et MAM.jpg

Notre sous-ministre mulhousien ne brille pas encore par ses idées. Certes il a appris à "fermer sa gueule" et ne démissionne pas (1).

Après sa pitoyable ouverture sur "la Françafrique", le voilà qui semble se mettre à nouveau en avant avec la question du juge d'instruction. Cette fois-ci, il ne prend aucun risque en ne faisant que rapporter la position du parlement européen.

Il s'améliore dans la nage en eaux troubles. Le MON restera un fleuron mulhousien !

Puisque décidemment ce n'est pas par ses idées qu'il brillera(2), ni par son programme fondateur de Gauche Moderne(3), que lui reste-t il pour luire (re-luire) : l'image.

Bon, là, il a un avantage, il est plutôt plutôt grand physiquement. Alors, il se montre autant que faire se peut. Toujours le plus possible sur la photo, le cou tordu, le sourire dentu, à nous autres Mulhousiens celà nous rappelle quelqu'un.

Jean Marie, tu as déjà songé au noeud papillon ? C'est un truc indéniable pour se faire reconnaître dans la presse.

En attendant que notre sous-ministre soit enfin au service de la France, nous autres contribuables mulhousiens entretenons ses adjoints de secteur dont on se demande encore à quoi ils peuvent bien servir ?

Et pendant que notre maire cherche sa place, Mulhouse subit la honte du "petit journal de Canal+" avec "el fayo de Mulhouse". Quelle belle image de notre musée de l'auto !

Vendredi, à l'arrivée du tour à Colmar, que voyons nous à l'antenne régionale ? le maire de Colmar accueillant le tour ? non, notre sous-ministre !

Trop de frustration à force de ne se montrer qu'à l'arrière plan le pousse à se saisir de l'image UMP nationale en "direct live".

Mulhouse, quand elle était encore une grande cité ouvrière avait d'autres idéaux.

Jean-Marie n'est plus qu'un astre mort.

(1) « Un ministre ça ferme ça gueule ou ça démisionne » J-P. Chevènement 1983
(2) Déjà dans sa précédente incarnation de socialiste la motion qu'il présenta au congrès du Mans en 2005 ne rapporta que 0,64% de voix.
(3) dont Jean François Kahn (Modem) a dit "que même Thatcher ou Bush n'ont pas osé tellement c'est réac"

JMB Grimond.JPG
Jean Grimond au centre de l'image

07/07/2009

Enquête sur le quartier Drouot à Mulhouse ou l’échec d’une certaine politique de prévention

Historique :

Depuis l’incendie de la MJC Drouot en 2004 (et concomitamment à la signature d’un contrat local de sécurité en 2005) la ville de Mulhouse réfléchit à la manière de mettre en place sur le quartier une structure au service des habitants pour favoriser le lien social et la proximité.

Pour donner quelque idée sur sa composition sociodémographique, le quartier Drouot c’est :

5013 habitants (chiffres du recensement de 1999) dont 36% ont moins de 25 ans et 18% ont plus de 60 ans. Le taux de chômage y est plus élevé que sur l’ensemble de Mulhouse : 23,30% des habitants du quartier sont au chômage contre 16,4% à Mulhouse. Les niveaux de formation sont très inférieurs à l’ensemble des mulhousiens (34,3% des habitants n’ont aucun diplôme et 44,7% ont un diplôme de niveau V et 6,7% de niveau bac). Un ménage sur trois ne possède pas de véhicule.

Après enquête sur le quartier, nous constatons de drôles de pratiques aboutissant plus à une rupture sociale. Faits à l’appui.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu