Avertir le modérateur

29/01/2010

Tintin est-il de gauche ou de droite ?

Notre sous-ministre alors député, fut l’un des quatre intervenants d’un débat fondamental du « club des parlementaires tintinophiles » qui intervint à l’assemblée sur le thème « Tintin est-il de gauche ou de droite » le 3 février 1999.

En 1999, JMB soutenait que Tintin était de gauche. Comme parti de « Tintin au Congo » pour évoluer vers des valeurs humanistes – avec le temps.

 

Et lui-même avec le temps ?...

- Pour les tests ADN, contre la pension de réversion pour les pacsés, pour plus de prisons, plus de vidéosurveillance, moins d'aide juridictionnelle, etc, etc, …

 

 

Lire l'article Tintin en politique (L'Alsace 1999).pdf

 

 

 

 

31/12/2009

Jean-Marie BOCKEL soutient BESSON…

Notre rhéteur éolien saisit encore une fois l’opportunité de se manifester dans la presse locale et nationale dans l’étroite fenêtre de tir du traître qui « ferme sa gueule ou risque d’être débarqué ».

En résumé que dit-il ? Que c’est très méchant de critiquer Besson ; il se dit d’ailleurs indigné devant la gravité des insultes et manifeste sa solidarité de félon.

Que dit-il d’autre ? Rien. Ah si pardon, il dit que « lorsque le moment sera venu son parti, la Gauche moderne, fera des propositions sur les mesures qui lui paraissent essentielles mais quand le débat sera plus avancé. »

Pour ceux qui auraient loupé un épisode, après l’éventuelle prise en compte de la sexualité dans le milieu carcéral (« Je ne suis pas loin de partager son opinion »1), voici donc que Bockel intervient dans le cadre du sombre débat sur l’identité nationale.

Or comment intervient-il ?

En défendant ses petits camarades dans la cour de récré, pendant que dans la vraie vie il continue à livrer sa ville pieds et poings liés au désespoir.

Mulhouse se paupérise, mais pas son petit clan d’élus ne connaissant plus le prix du pain, et n’ayant pas encore mesuré l’abîme dans lequel a sombré cette cité vendue pour un plat de lentilles.

Personne n’est dupe du but profond de ce débat autour de l’identité nationale, à la veille d’élections régionales et à mi-chemin d’un mandat consternant.

Que fait Bockel ?

Il continue sa trajectoire vers le néant, avec la cohorte de ceux qui tentent encore de ré-agréger le Front national à la droite de Sarkozy.

 

Déjà dans son précédent mandat, bien avant sa trahison, Bockel avait fait voter par son groupe majoritaire l’entrée de Gérard Freulet, alors membre du FN, à la CAMSA.

La façon dont il caresse dans le sens du poil Francis Flury, maire anti-chien de Brunstatt, montre bien qu’il ne s’arrêtera pas là avec les prochains remaniements karmiques de la Mulhouse Agglomération Alsace.

 

Comme quoi, une trahison politique n’est pas un épisode fulgurant, mais une longue et sourde gangrène de l’âme. (Le Canard enchaîné avait écrit à propos de Bockel qu’être sous-ministre de Sarko c’est une longue humiliation)

 

Ils ont détruit nos usines et nos cheminées mais ne détruiront pas notre identité multiple.

Nous Droite Moderne de Mulhouse, cité du partage culturel, ne laisserons pas détruire les valeurs essentielles nées de la solidarité et de la diversité.

 

 

1- 20 minutes du 3 décembre 2009, JMB s’exprimait sur l’étude et la pétition du sociologue Arnaud Gaillard relatives au droit à l’intimité des personnes détenues

06/12/2009

Bockel a des réserves… d’argent !

Les questions autours des ressources vont bon train ces derniers temps alors que nombre de nos concitoyens ont du mal à joindre les deux bouts pourtant si proches de début et de fin de mois.

Proglio (nouveau patron d’EDF et ami de Bockel) a demandé 45% d’augmentation de salaire. Martin Hirch s’indigne de ces salaires indécents. Notre maire national lui ne s’indigne pas mais trouve la demande « légitime » et demande du bout des lèvres (il « émet des réserves ») que cette augmentation ne lui soit accordée qu’après avoir fait ses preuves. La dite augmentation a été accordée alors même que le boulot n’a pas été commencé.

 

Le point, relayé par les Dernières Nouvelles d’Alsace, révélait récemment les cumuls de ressources financières dont bénéficient certains de nos élus et en premier lieu notre maire sous ministre. Ce dernier s’est empressé de rédiger un démenti précisant le montant (exact?) de ses émoluments :

4 627,08 € pour ses indemnités locales (vous noterez la précision !)

11 584,67 € pour son traitement ministériel (rien que çà !)

Soit un total de 16 211, 75 €, par mois ! Oui, par mois.

Non compris bien sûr les frais de déplacements, de bouche et d’hôtellerie, de réception, de….

 

Le journal Le Point arrivait pourtant à un total de 23 000 €, mensuel (si, si), ramené à 21 000 € (toujours mensuel) pour cause de plafond pour un membre du gouvernement.

Nous émettons quelques doutes quant à une éventuelle erreur de calcul du Point mais admettons que Bockel ne nous gruge pas.

Pour n’être présent que deux jours par semaine (au mieux) à Mulhouse, le salaire est confortable ! Pour rappel, Bockel suite aux élections de mars 2008 avait fait augmenter ses indemnités (information révélée par le journal Tonic), et ce sans attendre les résultats de sa nouvelle équipe.

Admettons que Bockel ne prenne aucun jour de repos hebdomadaire (là aussi nous émettons des doutes), il travaillerait cinq jours par semaine au gouvernement (au plus) . Autre revenu confortable!

Ces « indemnités » sont bien sûr cumulables.

Englobent-elles ses fonctions de vice président à la CARMA, de président de la SERM, de président d’honneur de l’association des maires des grandes villes de France, de président de la Gauche Moderne, de président de … ? Bockel ne le précise pas, il y a une limite à l’indécence !

 

Nous Droite Moderne de Mulhouse dénonçons la Ploutocratie (1) de nos élus qui vivent de la politique au lieu de faire vivre la politique dans le mépris le plus total de l’équilibre social.

 

 

Source Wikipédia :

(1)    La ploutocratie : (du grec ploutos : richesse ; kratos : pouvoir) consiste en un système de gouvernement où l'argent constitue la base principale du pouvoir. D'un point de vue social, cette concentration du pouvoir dans les mains d’une classe sociale s’accompagne de fortes inégalités et d’une faible mobilité.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu