Avertir le modérateur

02/05/2010

Mulhouse, république des ploutocrates.

Cette fois-ci c’est officiellement officiel, Jean-Marie Bockel démissionne de son mandat de maire de Mulhouse.

Le 23 mars nous vous l’annoncions, le 25 mars JMB publiait un démenti dans l’Alsace : « Un racontar n’est pas une vérité », tout en bouclant l’’édito de l’Echo Mulhousien où il dit « je prépare depuis plusieurs mois le passage de témoin de la fonction de maire ».

 

Le maire 100% efficace – réélu d’un cheveu –. ne manquera pas de proposer au conseil municipal du lundi 17 mai  d’officialiser la nomination de Rottner premier et à sa suite celle de Rambaud comme premier adjoint.

 

Encore une fois il redessine la démocratie locale à sa sauce.

Rappelons nous la période ante-préélectorale où il démit de toutes ses délégations l’adjoint qui le dérangeait. Ce qui laisse anticiper son efficacité redoutable lorsqu’il sera lui-même conseiller municipal délégué au personnel.

L’entreprise ville et M2A n’auront qu’à bien se tenir.

 

Bockel va encore une fois puiser dans le budget com. d’une ville ruinée et va diffuser dans toutes les boites aux lettres de Mulhouse sa lettre de démotivation.

 

Si plus des deux-tiers de nos élus restent inféodés à Jean-Marie Bockel et approuvent sa manœuvre, il ne pourra pas y avoir d’élections complémentaires. (L258 du code électoral)

 

Nous D2M, pensons que Mulhouse – républicaine depuis 1347 – mérite un nouveau maire élu au suffrage universel, en toute citoyenneté.

23/03/2010

Bockel, Rottner 1er, Risser : les dessous des assises !

Chantal Risser, adjointe à l’éducation, annonçait en 2008 à grand coups de communication une large consultation sur les horaires scolaires des écoles mulhousiennes, pompeusement dénommée  « les Assises de l’éducation  » !

Peu après la rentrée 2009-2010, ce sont les enseignants soutenus par les parents d’élèves qui dénonçaient le peu de réelle concertation et s’opposaient aux réformes voulues par Madame Risser.

S’en suivit la constitution d’un comité de pilotage, l’organisation « d’assises », dont on peut se douter que les membres furent triés sur le tas pour évincer des portes paroles considérés comme un peu trop opposants.

 

Aujourd’hui, c’est l’intersyndicale de la Ville et de la MAAaaaa qui appelle  l’ensemble des salariés du service Education à participer à la journée d’action interprofessionnelle du 23 mars :

« Nous souhaitons dénoncer avec force le projet de réorganisation du service Éducation en évoquant les conséquences pour l’ensemble des agents de la ville de Mulhouse et de la M2A de ce service, soit plus de 400 personnes ainsi que pour les familles de ces mêmes agents...

Nous condamnons le choix sans réelle discussion ….

« Nous ne sommes pas en mesure d’établir les conséquences pour les parents des enfants scolarisés, par manque d’information. Mais il pourrait y en avoir sur l’accueil du matin dont le coût aurait un impact direct sur leur pouvoir d’achat ».

 

Fausse concertation avec les parents d’élèves, défaut de concertation avec les enseignants, absence de concertation avec les agents… Voilà la recette mulhousienne des Assises de l’UMP-Gauche Moderne.

Comme pour le commerce, les Mulhousiens payent deux fois pour ne pas être entendus.

Combien pour cette ville dans la vitrine UMP ?

« Les Mulhousiens méritent de connaître le prix de ce marchandage » a écrit Bockel dernier dans son tract .

 

Grande défaite et petit remaniement comme le disait la presse locale. Notre sous-ministre mulhousien gauche moderniste a sauvé sa peau et son placard. Jusqu’à la prochaine fois.

Son salaire de sous-ministre (11 584,67 €) plus ses émoluments en échange d’une fonction de maire absent (4 627,08€) dans la ville du plus fort taux de précarité d’Alsace?

 

Car dans l’intervalle il n’aura pas manqué de céder son siège de maire de Mulhouse à son dauphin Rottner premier, ainsi Bockel dernier aura  rempli son contrat Sarkozyste.

 

A défaut de victoire éclatante d’une gauche Sarkozyste, il aura livré pieds et poings liés un « laboratoire » de 100 000 habitants à un UMP qui n’est pas passé par le suffrage universel.

 

Un petit dernier pour la route ?

 

Consolons nous, à défaut de cour martiale, Bockel aura été jugé par le suffrage populaire.

Liste Bigot-Fernique : 47,05%

Liste Richert-Bockel : 35,16%

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu